Euro Disney va se retirer de la Bourse de Paris

The Walt Disney Company a finalisé son OPA sur sa filiale française, a annoncé l’Autorité des marchés financiers.

The Walt Disney Company a conclu avec succès son offre publique d’achat sur sa filiale Euro Disney, a annoncé l’Autorité des marchés financiers (AMF), ouvrant la voie à son retrait de la Bourse de Paris. « A ce jour, les initiateurs détiennent (…) 97,08% du capital et des droits de vote de la société Euro Disney S.C.A. », a précisé le gendarme français de la Bourse dans un communiqué.

La société américaine, qui détenait avant l’opération près de 86% du capital, avait annoncé en février son intention de lancer une OPA sur la totalité des 14% restants. Elle souhaite aussi réinjecter de l’argent au sein de sa filiale française, plombée par une dette abyssale alors que la fréquentation du parc Disneyland Paris est à la peine.

Perte record en 2016

The Walt Disney Company envisage une recapitalisation d’un montant maximum de 1,5 milliard d’euros pour réduire la dette qui dépassait le milliard d’euros à la fin de l’exercice clos en septembre 2016. Le prix proposé lors de l’OPA, deux euros par action, représentait une prime de 67% par rapport au cours à la clôture du 9 février 2017. C’est toutefois bien loin des 11 euros que valait le titre lors de son introduction en Bourse en novembre 1989. Depuis, seul un dividende de quelques centimes a été distribué dans les années 1990.

Depuis l’ouverture de Disneyland Paris, voici 25 ans, la maison-mère a multiplié les injections d’argent frais. Mais c’est sur une perte nette record (858 millions d’euros) qu’Euro Disney a bouclé son exercice 2016, notamment perturbé par une baisse de fréquentation à la suite des attentats.