Hausse de 64% des ventes de voitures électriques en France en 2015

Grâce aux aides gouvernementales et en dépit de la baisse des prix du pétrole, les ventes de véhicules électriques progressent dans l’hexagone et se rapprochent de la barre symbolique des 1% du marché.

Au total, 17.266 voitures particulières électriques neuves ont été immatriculées en 2015 en France, dans un marché de 1,91 million d’unités, selon les statistiques publiées lundi par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Une part de 0,9% donc, contre 0,59% en 2014, quand 10.561 nouvelles voitures électriques avaient été mises sur les routes.

Des professionnels se sont dit optimistes pour 2016, étant donné le renforcement des dispositifs d’incitation à l’achat de telles autos. Ces chiffres « confirment que les véhicules électriques rentrent dans les moeurs et prennent leur place sur le marché », s’est félicité Joseph Beretta, président de l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique (Avere-France).

Le gouvernement, qui avait instauré en avril 2015 un « superbonus » de 10.000 euros pour quiconque se débarrasserait d’une voiture diesel de plus de 14 ans et achèterait une voiture électrique, a en effet abaissé ce seuil à dix ans depuis le 1er janvier. « Concrètement, cela va tripler le parc éligible » à la conversion, explique à l’AFP Philippe Buros, directeur commercial France de Renault. Les deux tiers des clients d’électriques de la marque ont profité du superbonus selon lui. D’autres mesures (gratuité des cartes grises dans certains départements, possible autorisation de circulation en période de pic de pollution) sont également en vigueur. « On est très optimistes sur la suite de la croissance, d’autant plus que les infrastructures se mettent en place » avec 10.000 points de recharge ouverts à fin 2015, selon M. Beretta.

Timide décollage de l’occasion

L’autonomie réduite de la plupart de ces voitures par rapport aux modèles à moteur thermique constitue l’un des principaux freins à l’achat, outre leur prix élevé hors aides publiques. « Toutes les conditions sont réunies pour qu’on continue à faire une croissance importante sur 2016 », renchérit M. Buros. La marque au losange, qui a misé de longue date sur l’électrique, a dépassé ses objectifs 2015 en écoulant 10.408 modèles Zoé. C’est certes dix fois moins que la numéro un des ventes, la Renault Clio, mais ces chiffres permettent à la Zoé de se hisser à la 41e place des modèles les plus diffusés en France, selon le classement du CCFA.

Même sourire chez Nissan, où les ventes françaises du modèle Leaf, numéro un mondial des ventes de voitures électriques, ont atteint 2.136 unités en 2015, en hausse de 32,5% par rapport à 2014. Les acteurs du secteur avaient manifesté l’espoir de doubler en 2015 les ventes d’électriques neuves par rapport à 2014. L’augmentation de 64% « est quand même significative, car elle s’inscrit dans le contexte d’un prix de pétroleextrêmement faible », fait valoir Flavien Neuvy, directeur de l’Observatoire Cetelem de l’automobile. Cela traduit « une équation économique qui se tient malgré le cours très bas » du brut, ajoute M. Beretta, estimant que « cela aussi, c’est rassurant » quant à l’avenir de ces modèles, dont le coût des batteries est appelé à baisser dans les années à venir selon lui.