L’Inde donne son accord pour l’acquisition de 36 rafales

Selon l’AFP, le gouvernement indien a approuvé mercredi l’achat de 36 avions de combat à Dassault Aviation. La fin d’un serpent de mer.

Cette fois c’est enfin fait. Longtemps évoqué jusqu’alors jamais concrétisé, le contrat indien du Rafale est enfin signé, selon, en tout cas, une source de haut rang du ministère indien de la Défense reprise par l’AFP : « Le contrat a été approuvé au cours d’une réunion ce soir. Il sera formellement signé par le ministre français de la Défense et son homologue indien le 23 septembre à New Delhi. »

Le prix exact de la transaction n’a pas été officiellement dévoilé mais selon la presse indienne ces derniers jours, ce chiffre se situerait à 7,87 milliards d’euros. Ce contrat, aboutissement de presque un an et demi de rudes négociations entre Paris et New Delhi, représente la plus grosse commande à l’exportation pour les Rafale du constructeur Dassault.

De 126… à 36

Lors d’un déplacement à Paris en avril 2015, M. Modi avait annoncé sa volonté d’acheter 36 Rafale prêts à voler, dans le cadre d’un accord d’État à État. Cette demande enterrait un précédent appel d’offres de 126 avions de combat pour lequel Dassault était en négociations exclusives avec l’Inde depuis 2012. Mais les tractations n’avaient jamais abouti. New Delhi exigeait en effet d’importants transferts de technologies, dans le but de dynamiser son industrie locale, ce qui aurait engendré d’importants surcoûts.

Après des débuts difficiles à l’exportation, le Rafale avait trouvé preneur en 2015 au Qatar et en Egypte. Les deux pays avaient acquis 24 appareils chacun. En Bourse, le titre Dassault Aviation progresse de près de 4% sur les cinq dernières séances.