Tourisme : des vacanciers plus nombreux mais moins de dépenses attendus cet été

Selon une enquête réalisée aux Etats-Unis et en Europe, les vacanciers seront plus nombreux cet été mais aussi moins dépensiers.

Les vacances d’été approchent à grands pas. Et les vacanciers de 2017 seront plus nombreux aux Etats-Unis et en Europe, selon une étude réalisée par Europ Assistance et Ipsos, et relayée par Les Echos.

Sur le Vieux-continent, 63% des Européens prévoient de partir en vacances, un chiffre en augmentation de 9 points par rapport à 2016 (54%). En tête : les Autrichiens avec sont 66% de vacanciers. Cocorico, la France est le deuxième pays avec le plus d’intentions de départ avec le Royaume-Uni. Par ailleurs, l’étude montre une rééquilibrage entre les catégories socioprofessionnelles, bien qu’il subsiste encore des inégalités sociales et économiques. 77% des cadres européens partiront cet été (+5 points) ainsi que 73% pour les employés (+12 points). Ils sont 63% chez les ouvriers (+13 points), 51% chez les retraités (+6 points) et 48% chez les chômeurs (+12 points).

Un budget en baisse et des séjours plus courts

Cependant, les séjours seront plus courts et le budget est globalement en baisse. Chez les Européens, la durée moyenne des vacances sera de 1,9 semaines, contre 2,4 en 2016. Un tiers des vacanciers partiront une semaine et un autre tiers deux semaines. Question budget, celui-ci a fondu de 12% en un an. Les Européens dépenseront 1989 euros en moyenne, 1982 euros pour les Français. Le budget repasse en tête des critères de choix (55%), devant le risque terroriste et le climat.

Le budget suit la baisse de la durée des séjours. Selon l’étude, les européens dépenseront en moyenne 1989 euros pour leurs vacances, soit une baisse de 12 % sur un an. Les français se situent dans cette moyenne avec 1982 euros. Le budget redevient le premier critère de choix (pour 55 % des personnes interrogées), devant le risque terroriste et le climat. Enfin, cet été, la grande majorité des Européens comptent rester dans leur propre pays. Un choix fait par 63% des Français par exemple. Aux Etats-Unis, seuls 41 % des Américains ont choisi le tourisme local.